Connais-toi toi-même : s’interroger sur soi pour mieux apprendre

L’imagerie cérébrale montre que nous possédons tous des circuits d’apprentissage très semblables. Pourtant avez-vous peut-être l’impression d’être plus sensible à certains canaux que d’autres ?  

Chacun ses goûts 

Première étape : apprenez à identifier vos goûts, ou ceux de vos enfants. Si on prend le domaine de la lecture, est-il fan de romans ou de documentaires, de BD ou de mangas ? Faites le lire ce qu’il aime : ce qui compte c’est qu’il lise,  pour apprendre à déchiffrer de manière fluide, pour apprendre du vocabulaire, la syntaxe, les règles de la narration et surtout… le pouvoir de l’imagination.
Autre exemple, il adore l’histoire mais se pense nul en maths ? “Dis moi, la guerre de Cent ans, elle a vraiment duré 100 ans ? Calcule ! Et Louis XIV, il est mort à quel âge ? “ Et hop, un bon argument pour la lecture encore : voici un livre pour tout connaître de la mythologie grecque ou de la vie de Jeanne d’Arc. 

Souvenez-vous, on apprend mieux avec les émotions, donc pour développer l’apprentissage dans le plaisir, faites selon vos (ses) goûts et la motivation suivra !  

Chacun son rythme

Identifiez ensuite votre (sa) vitesse d’apprentissage : certains enfants apprennent très vite, d’autres ont besoin de plus de temps. Ne demandez pas la même chose à tous, ou du moins de la même manière, même si le but final, lui, est identique : acquérir les fondamentaux.

Chacun son profil

Déterminez le profil d’apprentissage : quelle est votre attitude  ou l’attitude de l’élève en situation d’apprentissage : est-ce qu’il aime apprendre ? En solitaire ou en groupe ? Faut-il être à côté de lui pour l’encourager ou au contraire le laisser gérer ?
De même, comment apprend-il le mieux : en faisant des schémas, des cartes mentales ? En lisant son cours à haute voix et en se promenant dans la maison ? En faisant une chanson de sa leçon ? 
Enfin, qu’est ce qui le motive ? Savoir concrètement à quoi ça sert ? Avoir une vision globale de qui est enseigné et savoir où il en est ? Avoir un grand niveau de précision sur un sujet ou au contraire qu’il soit brossé à grands traits ? 
En ayant conscience de ces informations, on peut s’adapter et s’organiser pour apprendre plus efficacement. 

Ces informations peuvent être déterminées lors d’un coaching scolaire : l’enfant repart alors avec des outils et des astuces pour optimiser sa manière d’apprendre. Idem pour les troubles de l’apprentissage : si le trouble doit être traité par un professionnel de santé, un coach peut lui accompagner le dys pour qu’il fasse avec son trouble, et pas en étant son trouble. 

La confiance, moteur de l’apprentissage

Se connaître permet au final d’avoir confiance en soi. Ce n’est pas que je ne peux pas apprendre, c’est que j’apprends mieux en bougeant ; j’apprends moins vite que lui mais j’apprends quand même ; j’ai besoin de comprendre concrètement à quoi ça sert sinon je retiens moins bien, non je ne suis pas nul, je suis moi
C’est pourquoi les encouragements, la reconnaissance de l’effort et les récompenses, matérielles ou immatérielles, sont importantes : elles contribuent à la confiance et à l’estime de soi, indispensables à un bon apprentissage. Comme le dit Marcel Rufo, “on réussit mieux avec une estime de soi solide qu’avec un QI élevé!”

Connaître les autres, c’est sagesse. Se connaître soi-même, c’est sagesse supérieure.

Lao-Tseu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s