Qui dort, apprend : les bénéfices du sommeil dans l’apprentissage

La nuit porte  conseil” 

Vous connaissez certainement cet adage. Peut-être même l’avez-vous vérifié. Mais comment est-ce possible ? Est-il possible d’apprendre en dormant ? 

Je vous arrête tout de suite. On ne parle pas ici de se passer en boucle durant la nuit une lecture de l’Encyclopédie Universalis en espérant que les connaissances infuseront dans le cerveau. Au mieux, ça ne servira à rien. Au pire, cela perturbera votre sommeil.
Mais que se passe-t-il alors pendant qu’on dort ? Et bien, notre cerveau fait le tri. Il consolide ce qui est important et oublie ce qui est inutile. C’est un peu comme lorsque vous défragmentez votre disque dur pour améliorer l’efficacité et la rapidité de votre ordinateur. En retraitant le déroulement de la journée, il réussit également à extraire toutes les informations, même les plus petites, et à les transformer en connaissances abstraites.

Le cerveau rejoue les apprentissages de la journée et amplifie les acquis, ce qui renforce la mémorisation. Il peut donc être une bonne idée de réviser une leçon ou relire un problème juste avant de dormir. 
En outre, les informations accumulées dans la journée profitent de notre période de repos pour effectuer un voyage dans notre cerveau, jusqu’au cortex préfrontal, le siège du recul, du jugement et de la prise de décision. C’est pourquoi la nuit serait propice aux décisions réfléchies.

Prendre soin du sommeil des enfants et des adolescents

Le sommeil est donc un acteur primordial dans l’apprentissage. Chaque période de sommeil, y compris la sieste, apporte un bénéfice supplémentaire. Donc il faut préserver le sommeil des enfants, il leur faut dormir longuement et profondément. Une heure de coucher régulière pour respecter leur rythme chronobiologique. Et le fameux “pas d’écran 1h avant de se coucher” pour éviter de dérégler la sécrétion de mélatonine, l’hormone du sommeil.
Cette même hormone qui, chez l’adolescent, est déjà en plein dérèglement (comme toutes les autres d’ailleurs). Ainsi, alors que le pic de sécrétion se produit vers 22-23h chez l’adulte, il est décalé à 1h du matin chez l’ado (leur faire cours à 8h du matin n’est donc pas la meilleure idée que l’Éducation Nationale ait eu). Donc laissez-les dormir le week-end et durant les vacances. Ils n’en seront que plus efficaces.

Je ne peux rien dire sur mon sommeil : chaque fois que je m’apprête à l’observer, je m’endors.

Francis Blanche

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s