Cent fois la leçon tu répéteras, sans un nuage : apprendre en répétant

Apprendre, c’est bien. Réviser c’est encore mieux. En effet, rien de tel pour fixer un apprentissage durablement que de le répéter encore et encore. Pour que ce qu’on a appris devienne automatique, inconscient, réflexe. “Marignan ? => 1515 !”
Là encore, il y a une technique, et pour bien la comprendre, intéressons-nous au fonctionnement de la mémoire. 

La mémoire ? Les mémoires !

Il y a 3 types de mémoires : la mémoire sensorielle qui, comme son nom l’indique, enregistre avec les sens, mais a une faible capacité de stockage et une durée très courte (de l’ordre d’1 seconde) ; la mémoire à court terme, aussi appelée mémoire de travail, qui a elle aussi un faible stockage et une durée limitée (20 secondes, cette fois) mais qui peut gérer jusqu’à 7 informations en même temps, et qu’on pourrait comparer à la RAM de votre ordinateur ; la mémoire à long terme, au stockage et à la durée illimitée qui enregistre les informations chargées d’émotions. C’est cette dernière qui est sollicitée en phase d’apprentissage. 
Cette mémoire à long terme se divise elle aussi en 3 types : la mémoire épisodique (celle des souvenirs, du vécu), la mémoire sémantique (celle des connaissances) et la mémoire procédurale (celle des gestes du quotidien). 

Pour accéder au Graal, c’est-à-dire faire voyager l’information jusqu’à la mémoire sémantique, il suffit de lui faire emprunter 4 portes. 

  1. Décider qu’on veut mémoriser une information (ben oui, ça paraît évident, mais ça va mieux en le disant)

  2. Répéter l’information, comme un chemin qu’on emprunterait plusieurs fois et qui se creuse au fil du temps pour devenir un sentier. On répète l’information à intervalles réguliers mais de plus en plus espacés, au fur et à mesure que l’information s’ancre dans la mémoire à long terme.

    Pour ceux qui utilisent l’application DuoLingo, c’est un dispositif qu’ils doivent reconnaître, dont ils ont pu mesurer l’efficacité et qu’ils comprennent désormais. En effet, l’application incite à travailler 15 minutes par jour (pas forcément plus), mais tous les jours. Les leçons se suivent et se ressemblent beaucoup, tout en ajoutant de nouveaux éléments. Et régulièrement, au fil de notre progression, la petite chouette nous propose un vieil exercice pour réactiver l’information dans notre mémoire, et l’y graver encore un peu plus. 

  3. Associer l’information à des éléments connus. Ce sont les fameux moyens mnémotechniques : on associe l’information à une comptine, une date historique à un jour important de sa vie, on se raconte une histoire pour se souvenir d’un élément précis ou d’une suite d’éléments. Deux exemples : Ma Vielle Tante Marie Joue Sur Un Nouveau Piano pour se souvenir de l’ordre des planètes du système solaire (Mercure Venus Terre Mars Jupiter Saturne Uranus Neptune Pluton) ; et plus personnel : pour me souvenir du kanji Neko en japonais, qui désigne le chat, j’associe l’idéogramme à un petit félin qui grimperait sur un arbre. 

    En somme, tout n’est que recyclage. Car ne croyez pas que le bébé est vierge de tout savoir. Dès la naissance, il a des compétences, “des modèles cérébraux” comme dit Stanislas Dehaene que “l’éducation recycle” dans les diverses disciplines abordées en grandissant. Et il ne faut pas hésiter à s’appuyer sur les intuitions précoces des enfants pour faire se connecter les nouvelles connaissances à celles déjà acquises. Faites des ponts pour aider vos enfants  : “tu te souviens quand tu as appris ça ? Et bien, là ça y ressemble de ce point de vue, mais diffère peut-être de celui-là” (et hop, révision, explication, distinction, comparaison). 
  1. Utiliser l’information acquise. Même si une leçon a bien été apprise , en respectant la procédure, l’utiliser va permettre de la réactiver, de l’ancrer dans le concret et de vérifier si elle est bien comprise. Donc faites faire  des exercices à votre enfant pour qu’il la mette en application, demandez lui de vous l’expliquer avec ses propres mots (c’est le baptême du feu : difficile mais hyper efficace pour vérifier si la leçon est sue et comprise) et expliquez lui  que le contrôle sert aussi à ça, à restituer l’information. 

Une fois ces 4 portes passées, l’information pourra accéder au  carré VIP des leçons dans votre cerveau, le salon très couru “Mémoire à long terme”.  Et la beauté de la chose, c’est que ce n’est pas une offre limitée dans le temps ! 

Nous sommes ce que nous faisons de manière répétitive, l’excellence n’est donc pas un acte mais une habitude

Aristote 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s